Circé entre trois continents

Suivez les aventures de Circé, voilier de 12 mètres en bois moulé, dans son voyage vers les Amériques.

Bienvenue sur le blog de Circé

Accueil

Circé est un voilier en bois moulé de 12 mètres, construction amateur, qui après plusieurs traversées du golfe de Gascogne et navigations en cabotage le long des côtes bretonnes, se lance dans un voyage vers les Amériques.

Carte les étapes
Carte – Les étapes

Sauvez nous de Willy !

Mercredi 15 septembre 2021 Port de Sines au Portugal

Sauvez nous de Willy !

Alors j’étais partie pour faire une petite chronique « Vie à bord » et le quotidien à Sines en attendant le vent lorsqu’hier deux bateaux français entrent au port.

Tous deux sont abîmés par des orques joueurs, leur safran est touché et pour l’un deux, l’arbre à hélice, sûrement.

Emotions sur les pontons, grosse remise en cause, incertitudes et évaluation des risques et de leurs conséquences.

Nous sommes plusieurs bateaux en attente de prendre la mer.

Si un truc comme ça arrive à Circé, nous arrive, cela peut compromettre sérieusement notre aventure 😦

Faut bien réfléchir !

Ce phénomène des orques qui « s’attaquent » aux bateaux, voile et moteur, est bien su de tous aujourd’hui. Ils étaient plutôt localisés alors à Gibraltar. En fait, ces orques ne « s’attaquent pas » aux bateaux, il semblerait plutôt que ce soit l’œuvre de jeunes orques joueurs. Des branleurs en somme !

Doit-on attendre qu’ils grandissent, qu’ils murissent un peu pour envisager notre départ pour Madère ?

Les équipages se parlent, ce sont des français qui sont victimes donc nous pouvons échanger. Nous écoutons le récit de leur grosse mésaventure, les assurances, la difficulté de ne pas parler la langue du pays, les soucis qui s’annoncent pour mettre les bateaux hors d’eau, le voyage repoussé, voire annulé, le dépit et le sentiment d’avoir joué de malchance, sérieusement.

Beaucoup ont regardé les vidéos qui circulent sur le net. Des idées pour détourner les orques du bateau s’énoncent : laisser trainer l’annexe au cul du bateau pour un substitut au safran, laisser traîner des pare battages en espérant le même effet. Certains parlent de verser du gasoil sur leur nez pour les faire fuir… Ou les énervés, et là c’est plus du jeu c’est de l’attaque. Et autant dire qu’on ne fera pas le poids.

Perso nous trouvons l’idée du gasoil très mauvaise : d’abord nous sommes sur leur lieu de vie, ça peut les énerver et faire tout l’effet inverse, ça pollue.

Hier c’était Radio ponton à fond au sujet des orques et de ce phénomène mais que nous avions un peu oublié, occulté. La réalité des choses nous rattrape, c’est normal. Que décidons-nous ?

Nous avions le projet de partir aujourd’hui, mercredi après-midi entre 14 et 15h, car enfin le vent s’annonce dans la bonne direction pour faire les 470 miles environ qui nous séparent de Madère.

Nous décidons de partir quand même car de toute façon nous avons le sentiment d’une loterie, d’une roulette russe, de malchance. Nous ne pouvons rien faire, si ce n’est mettre en place les substituts jeu pour orques et croiser les doigts…

Si les orques s’annoncent (les bateaux les voient venir) il faut tout stopper, moteur et électronique. Chacun pense également qu’il faut éviter le moteur, pour ne pas les attirer. Ils perçoivent le bruit de loin et viennent jouer avec cette baballe qu’est le bateau… Donc hisser les voiles dès la sortie du port et pour ça il faut du vent !

Et le vent c’est aujourd’hui à partir de 14h 🙂

Et de nous suivre sur Marine Traffic pour voir si Circé fait bien sa route 😉

Pascal et Béatrice


Vidéo

Court aperçu du 4ème jour de traversée, Tenerife - Cap vert, par 35 nœuds de vent portant (nord-est). Vidéo et voix: Gilles Michaud.